Bell 205 (Famille UH-1H "Huey")

Origine : 

 Etats-Unis (construit sous licence par Agusta en Italie, AIDC A Taiwan, Dornier en RFA et Fuji au Japon). 

   

 Type :  

 Transport utilitaire. 

   

 Moteur : 

 Un turbomoteur Avco Lycoming, (D) T53 11 de 1 100 ch (821 kW), (H) T53 13 de 1400 ch (1044 kW).
 

 Dimensions :  

 Diamètre du rotor principal bipale, 14,63 m; Longueur hors tout, 17,62 m ; encombrement (sans les rotors), 12,77 m ; hauteur hors tout, 4,41 m
 

 Masse :  

 A vide, (H) 2 365 kg ; maximale en charge, 4 3 10 kg
 

 Performances :  

 Vitesses de croisière rapide et en palier (identiques), 205 km/h ; vitesse ascensionnelle maximale, 490 m/mn ; plafond en vol stationnaire, 1220 m ; distance franchissable (au niveau de la mer, plein de carburant, sans tolérance ni réserve), 510 km

   

 Historique :  

 Le premier Bell 204 fut le prototype XH 40, construit pour I'US Army en 1956. Bell était loin de se douter que cette machine donnerait naissance à une famille d’hélicoptère construite à un nombre d'exemplaires qui ne sera égalé par aucun autre appareil militaire produit après la fin de la 2 éme guerre mondiale, et pas davantage que les versions ultérieures seraient capables de soulever une charge utile plus lourde que le XH 40. La masse en charge de ce dernier était de 2 630 kg, et le premier moteur T53 développait 770 ch (574 kW). Lorsque le T53 A turbine libre fut poussé à 1 100 ch (821 kW), I'UH 1D devint le premier des 205 rallongés, avec une cabine plus longue permettant le transport de charges plus importantes. Tandis que le XH 40 accueillait cinq ou six passagers et l’UH-1B huit, l’UH-1D pouvait recevoir douze hommes de troupe ou quatre brancards. Les 1400 ch (1044 kW) développés par le moteur de PUH 113 permirent d'augmenter la capacité A quatorze hommes de troupe ou six brancards, ou bien encore 1760 kg de fret. Bien que I'UH-1H demeure la version actuellement la plus répandue (sa production n'a cessé qu'en 1986), Bell est allé encore plus loin avec son modèle de base mieux connu sous le nom de Huey, par analogie phonétique avec la dénomination de HU-1 qui date de 1962, que par son appellation officielle d’Iroquois en produisant les 212, 412 et 214, ce dernier étant une machine de 7 940 kg équipée d'une cabine de grande capacité et d'un moteur de 3 250 ch (2 424 kW).

   

 Conception :  

 Tous possèdent un fuselage conventionnel semi-monocoque en alliage léger et, à l'exception du 412, un rotor de sustentation classique articulé avec deux pâles métalliques. Comme sur le Bell 47, datant de la guerre, le rotor est semi-rigide au niveau du moyeu, un peu comme une bascule, et son plan de rotation est déterminé en grande partie par une barre stabilisatrice munie de masselottes très lourdes aux extrémités et fixées d'une manière rigide au rotor, mais perpendiculairement aux pales. Le Huey fut le premier hélicoptère construit en série à recevoir un moteur à turbine sur le dessus du fuselage, immédiatement en arrière de la BTP, permettant une meilleure répartition de la charge utile dans la cabine de part et d'autre de l'axe du rotor de sustentation, sans nécessiter le recours A un arbre de transmission diagonal partant d'un moteur loge dans le nez et passant entre les pilotes. Tous les models les de série ont un fuselage bas, monté sur des patins éventuellement complétés, en option, par des roulettes de manœuvre au sol et des flotteurs de secours gonflables en Nylon. Le carburant (845 L sur l’UH-1H) est contenu dans cinq réservoirs souples logé derrière et sous le plancher de la cabine. Sur toutes les versions, il existe un élévateur actionné hydrauliquement (stabilo horizontal), et contrôlé automatiquement par le système de pilotage afin de maintenir le fuselage plus ou moins à niveau dans la mesure de son profil aérodynamique inversé tend à exercer une poussée vers le bas pour compenser la forte traction vers I'avant du rotor de sustentation. L'appareil peut être équipé d'un crochet de chargement, d'un treuil de sauvetage, de réservoirs auxiliaires et d'un chauffage de cabine.
 

 Avionique : 

 L'équipement standard de communications et de navigation se compose de radios UHF et VHF/17M, d'un radiocompas, d'un répondeur VOR et IFF, d'un intercom et d'un compas gyromagnétique. On trouve aussi un éclairage complet pour vol de nuit avec un projecteur orientable. L'US Army envisage de moderniser 2700 UH-1H en leur adaptant de nouvelles pales et une avionique entièrement modifiée comprenant : émetteur-récepteur HF/FM pour le vol tactique, radio UHF/AM, altimétre radar, DME, radar Doppler, détecteur d'alerte radar APR 39, brouilleur de CM1R ALQ 144, éjecteur de paillettes et de leurres thermiques XM 130, échappements A signature infrarouge réduite et bien d'autres systèmes avancés, dont un habitacle pour le pilotage de nuit.
 

 Armement :  

 Bien que la plupart des Huey ne soient pas armés, peu d’hélicoptères sont capables de recevoir une gamme d'armement aussi complète (ce n'est que la conséquence logique de son utilisation dans le monde entier). Beaucoup d’équipements illustrés sont propres à leur pays d'origine, tout au moins à l'heure actuelle.

   

 Développement :  

 Bell a livré 3 573 exemplaires de la seule version UH-1H a un client unique : I'US Army ; 1357 autres ont été produits pour des utilisateurs militaires étrangers, sans tenir compte des productions italiennes, formosane et japonaise. L'US Army prévoit de conserver au moins 2700 modèles UH-1H modernisés au-delà de l'an 2000, et Bell et Boeing Vertol fabriquent conjointement 6 000 pales de rotor en fibre de verre avec un conjonctif Nomex et des bords d'attaque en polyuréthanne recouverts, sur la partie externe, d'acier inoxydable.