Bell 205, dans la lutte contre les incendies de forêt

La polyvalence des hélicoptères les rend particulièrement bien adapté pour combattre les incendies de forêt dans une infinie variété de conditions. Les hélicoptères peuvent atteindre rapidement les incendies, même dans les régions montagneuses reculées. Ils peuvent aider à créer des coupes feux, faire des frappes précises sur des petits départs de feu, points chauds ou des largages pour protéger le personnel au sol. De plus en plus, les hélicoptères sont utilisés pour transporter les équipes d'attaque feux en terrain accidenté ou inaccessible. Ils peuvent également protéger les structures individuelles dans les zones semi-urbaines où les maisons jouxtent les zones boisées.

Les hélicoptères sont idéals pour faire une attaque initiale rapide contre les incendies alors qu'ils sont encore petits, et jouent un rôle important dans la répression de grands feux qui peuvent concerner des dizaines d'avions et des centaines de personnels d'équipe au sol.

Les hélicoptères Bell 205 HBE sont équipés d’un réservoir ventral et peuvent généralement trouver une source d'eau disponible dans les 5 minutes ou moins du lieu de l’incendie. Son réservoir contenant 1500 litres d'eau et peut-être remplie dans un lacs où rivières à proximité, ils peuvent être remplis en moins de 55 secondes par la plongée d'une pompe immergée hydraulique à partir de sources même aussi peu profondes que 50 centimètres d'eau . Ils peuvent également réapprovisionner des réservoirs terrestres portables positionnés près du feu.

Les hélicoptères jouent de nombreux autres rôles. Ils peuvent porter 10 personnes plus pilotes, et peuvent également être utilisés pour transporter les pompiers. Les Bell 205 volent également en soutien de la mission, apportant des approvisionnements en carburant, tronçonneuses, nourriture et de l'eau potable, même les tuyaux d'eau et des pompes submersibles.

Les hélicoptères stationnés sur une base de feu spécifié lors de la saison des incendies, sont généralement positionnés pour l'attaque initiale rapide tandis que les incendies sont encore petits. Les avions de la Sécurité Civile, d'autre part, sont plus susceptibles d'être appelés pour intervenir sur un feu après qu’un incendie soit hors contrôle de ses limites initiales.

La bataille pour le contrôle d'un grand feu est aussi soigneusement chorégraphiée qu’une production de Broadway. Le service de secoure et d’incendie dirigent un grand feu de forêt du sol par contact radio avec les équipes au sol et les moyens aériens. En l’air, un hélicoptère de la Sécurité Civile assure le contrôle aérien aussi bien pour les hélicoptères que les avions bombardiers d’eau et dirigent les pilotes pour éteindre les points chauds ou les nouveaux départs de feu. «Quand vous êtes au milieu de tout ce trafic, la visibilité réduite gênée par toute la fumée qu’un grand feu peut générer, vous avez une vision réelle de toutes les mesures de sécurité que nous avons établies entre les avions et les hélicoptères ».

Les tornades de feu sont juste une des conditions difficiles que les pilotes d'hélicoptères doivent surveiller pour combattre les incendies. Voler trop bas ou trop lent et le rotor peut disperser les braises et étincelles et démarrer un nouveau feu. Une épaisse fumée peut obscurcir la visibilité. De longues heures peuvent conduire à la fatigue des pilotes.

Les conditions environnementales, y compris le vent et la visibilité pour les pilotes, sont mes premières préoccupations sur les lieux d’un incendie, certains incendies peuvent générer d'énormes quantités de fumée, il est donc essentiel pour les pilotes d'avoir une expérience de vol en terrain montagneux autour des pics et des arbres, et de comprendre comment les vents et les courants ascendants peuvent se comporter. La fatigue peut aussi être un problème. Vous pouvez commencer la journée avec un briefing de la mission des 06h00, puis sortir et voler sur une missions jusqu'à 20h00 le même soir.

Cela vous laisse 10 heures pour manger et dormir. En raison des dangers inhérents à la lutte contre les feux de forêt, de nombreux opérateurs n'embauchent que des pilotes avec de l'expérience de lutte contre les incendies en terrain montagneux.